lundi 27 février 2012

Copier, c'est si facile... 2e partie

TRADUCTION Source : 中国纺织报  Le Journal du Textile chinois via efu.com, le 3 février 2012

En voyant les robes du réveillon chinois s’arracher sur Taobao [voir première partie], les marques concernées sont certainement alertées, comment font-elles pour essayer de mettre un terme à la copie ?

Force est de constater que dans le secteur, la contrefaçon est déjà considérée comme normale. De plus, il n'existe à ce jour pas un seul cas répertorié de prévention de la copie, même les grandes marques internationales sont impuissantes.

H&M, Zara, Topshop ... Les stylistes de ces enseignes occupent les premiers rangs des défilés. Deux ou trois semaines plus tard, ils mettent sur le marché des articles inspirés de ce qu’ils ont vu sur les podiums, six mois avant les grandes marques, cela va sans dire, et à des prix incroyablement bas.

Ce genre de phénomène, le consommateur moyen ne le boycotte évidemment pas, alors que les marques copiées ne cessent de s’en plaindre. Techniquement il est très difficile de définir s'il s'agit ou non d'infraction à la loi. Ces nombreux articles similaires devraient préciser pour chacun d’entre eux quelle est la marque d’origine, mais ce serait plutôt fastidieux et peu rentable. Et d’un autre côté, qui sait si les marques copiées n'ont pas elles-mêmes emprunté des éléments ailleurs?

[…]

Parmi les conseils donnés aux candidats du programme de télévision 'Project Runway', se trouve peut-être une piste de réponse : "un excellent styliste, sauf s’il est un vrai génie créateur, doit constamment prêter attention à la tendance populaire, c'est un talent nécessaire ". Il est donc clair qu’apprendre par soi-même à se servir de l'expérience des autres fait partie du travail de styliste.

Le problème, c'est à partir de quel degré cela peut-il être considéré comme de la copie? Il y a quelques années est apparu le cas le plus flagrant de ‘se servir de l'expérience des autres’, qui concernait deux marques italiennes. A la base Miuccia Prada avait lancé un modèle, que la saison suivante Marni a repris tel quel, sans aucune modification.

De même, récemment, Alexander Wang et son ami, le directeur artistique de Balmain, ont lancé séparément des vestes trouées, tellement semblables que tout le monde a douté qu’elles aient pu être des émanations de deux cerveaux différents. C’était peut-être une stratégie marketing délibérée, car les deux créations étaient si scandaleusement identiques que cela a été un grand sujet de plaisanterie parmi les acheteurs.

Au moment où le vêtement est copié, le nombre d’articles très proches augmentent significativement sur le marché. La similarité de leur style, des matières premières et de la main d'œuvre utilisées entraîne les acheteurs à orienter davantage leur choix en fonction du prix. La copie bénéficie du style du produit sans avoir à supporter les coûts de R&D, de façon à arriver sur le marché plus rapidement et à prix moindre, alors que les matières premières ainsi que la main d'œuvre sont naturellement de moindre qualité par rapport à celles de la marque d’origine. Apparemment, il s’agit d’une stratégie de compétition sur les prix destinée à doper les ventes, qui est certes efficace dans un premier temps, mais suicidaire sur le long terme.

En matière de copie, la plupart des marques abandonnent la partie et laissent les choses comme elles sont. Les attitudes peuvent être classées en deux catégories : l'une est d'être honoré par la copie, l'autre est de la considérer comme normale. Parce que décréter que le dernier article à la mode est ou non une copie est extrêmement difficile.

[…]

La brouille qui est intervenue en 2010, par exemple, entre Carine Roitfeld, la rédactrice en chef du Vogue français, et la maison Balenciaga, est assez typique. Cette dernière a interdit à Carine Roitfeld l'entrée à ses défilés. On a dit que Carine Roitfeld avait emprunté à Balenciaga une photo de modèle de manteau, sans la rendre immédiatement. Or, peu de temps après, Balenciaga a remarqué dans les collections de prêt-à-porter de Max Mara exactement le même modèle de manteau. De rage, la maison a cessé tout contact avec Vogue et Carine Roitfeld elle-même.
Quelle que soit la vérité, l'embarras des deux parties était manifeste. Balenciaga  manquait de preuve, et ne pouvait donc pas accuser Carine Roitfeld et Max Mara de copie ; de son côté, Carine Roitfeld était bien incapable d'apporter l’évidence de son innocence à la partie adverse.

En fait, dans chaque secteur d’activité, les vrais génies créateurs ont toujours été très rares, et le travail de la grande majorité d’entre nous est de s'inspirer de ce qu’ils ont laissé sur terre. Dans le monde de la mode, c'est particulièrement le cas, il n’y a aucun doute là dessus. Les créateurs de mode cherchent leur inspiration dans les réussites du passé, ils trouvent des idées chez leurs prédécesseurs. Et en apportant quelques changements superficiels, ils réveillent à nouveau le marché.

Zhou Dongmei

易"仿"难"防"

来源:中国纺织报 作者:周冬梅 


仿制就是一笔糊涂账

春晚服装在淘宝上的热卖,给敏锐的服装人再次敲响警钟――如何杜绝仿版?


不得不承认,在业内,仿版已成为常态。并且,目前还没有一个防止仿版出现的经典案例,就连国际大牌也束手无策。


H&M、Zara、TopShop……这些品牌的分析师占据着秀场前排的黄金位置,两三周后就将深得各大设计师精髓的相似产品推向市场,比大牌早上六个月不说,价格还出奇便宜。这样的现象,普通消费者自然是不会抵制的,而被仿的大牌除了叫苦不迭。一方面技术上很难界定这些是否构成侵权,那么多相似产品需要一件一件告下去,可是件苦差事;另一方面,谁知道他们自己又是从什么地方借鉴了哪些元素呢?


[时尚圈一直有个未能被解释的谜题,那就是设计元素明明千变万化,为什么最重要的那几个设计师总在同一季选择一些完全相同的创意?


时尚真人秀节目《Project Runway》中评委给选手的建议也许可以作为一部分解答:"一名优秀的服装设计师,除了拥有过人的设计天赋,时刻关注流行趋势也是必备的技能。"可见时尚领域,借鉴学习本身就归属设计的一部分。


问题在于,借鉴到什么程度才能算作抄袭?最近几年最明目张胆的"借鉴"案例,当属Marni对Prada的亦步亦趋。同为意大利品牌,基本上Miuccia Prada在秀场上玩出什么花样,下一季的Marni就会照单全收。前不久Alexander Wang与其好友Balmin设计师分别推出破洞衫,相似得让大家怀疑两人是不是共用一个脑子。且不说这是否是他们计划内的刻意为之,如此粗暴的创意雷同,本身就是和消费者开的大玩笑。


当服装被抄袭之后,市场同类产品大量增加,款式、面料、做工的雷同便会让消费者的消费取向更加趋向于价格因素。抄袭者因采用盗版、模仿的方式获得产品的样式,研发成本大可忽略不计,而为更加快速、低廉的进入市场,其采用的面料和加工工艺,也自然低于原品牌产品。若企业采取何种的竞价策略及促销手段,也只会饮鸩止渴、越陷越深。


大多关于是否被"仿"的讨论到最后都偃旗息鼓、不了了之。大家的态度不外乎两种:一是被仿是荣幸,二是被仿是常态。因为要界定时装设计是不是仿制太难了。


[音乐创作尚有所谓"8小节以上雷同"算作仿制的基本规定,时尚界闹腾了这么些年,在仿制这个的问题上却还是暧昧不清模棱两可。]


比如2010年发生在法国版《Vogue》主编卡琳?洛菲德(Carine Roitfeld)与时装品牌巴黎世家(Balenciaga)之间的纠纷,就比较典型。先是前者被后者拉入秀场黑名单,传说是因为Carine向Balenciaga借了一款大衣拍照,事后却没有立即归还,不久Balenciaga就发现对手品牌Max Mara的成衣中出现了十分类似的设计,盛怒之下的Balenciaga立刻就跟法国版《Vogue》及Carine Roitfeld本人划清了界线。无论真相如何,两者的尴尬都显而易见,Balenciaga因为缺乏证据,根本无法指责Carine及Max Mara是在进行抄袭;而另一方面,Carine也无法提出反面证据来证明自己的清白。


事实上,在任何行业,富有创造性的天才永远都是少数,大部分人干着的工作多少都带着抄袭他人成果的痕迹。在时尚行业,尤其如此,用不着大惊小怪。品牌设计师们找灵感最有效的解决方案莫过于回顾过去,向前人取经,把曾经大热的流行元素从旧书堆里翻出来,稍微改头换面,又重新推向市场。