lundi 19 décembre 2011

Les caprices chinois / 4

TRADUCTION Source : 南方周末Nanfanghoumo du 26 novembre 2011
Cai Long  possède sept entreprises. Il aime la chanson populaire, et dans sa vie de tous les jours, chez lui, au bureau, dans sa voiture, la musique est partout. Récemment il s'est même aménagé un coin musique dans ses nouveaux bureaux commerciaux. Photo\ Li Yalong

La classe moyenne chinoise est un groupe à multiples facettes qui progresse avec la rapide industrialisation et modernisation du pays. Sa culture, ses goûts, ses valeurs, sont très variés. Mais la tendance observée dans le milieu des affaires est de pousser au consumérisme. Si telle personne est définie comme ce qui se fait actuellement de plus élégant, elle deviendra alors un exemple à suivre.

Yichang, cette ville millénaire en amont du fleuve Yangtze, stimulée par le projet du barrage des Trois Gorges, est devenue un lieu typique de haute concentration de sociétés en plein développement. Ce phénomène favorise l’accession de nombreuses personnes à la classe moyenne. Mais tout en poursuivant son ascension,  ce groupe a vu ses modes de consommation prendre diverses formes. Les préférences et les goûts de cette nouvelle classe moyenne manquant d'antériorité, l'imitation est devenue le style le plus courant de la culture de la consommation, et la télévision, le cinéma occidental,  etc, jouent le rôle de guide instructeur pour les masses.


La voiture est un symbole de consommation prioritaire. Une marque de voiture luxueuse équivaut  à un signe extérieur de richesse et de statut social élevé, un 4x4 à moteur très consommateur d’énergie est un emblème de guerrier des villes. Depuis tout petit, Chen Chang  aime les voitures. Cinq ans après avoir créé son entreprise, il s'est acheté sa première voiture. En mars 2004, il a créé avec une dizaine d’amis  'le club de voitures tout-terrain de l'armée de la huitième route', sans enregistrement ni responsabilité requis. Chen Chang se fait appeler 'commissaire' un surnom en accord avec sa réputation dans le groupe.  L’année suivante, l'enregistrement officiel de la confrérie est le 'club des loups du Hubei', Chen en étant devenu le président. La pratique des véhicules tout-terrain non seulement permet de renforcer son courage et sa bravoure, mais aussi permet de s'entraîner au self contrôle. Parmi les aficionados figurent des patrons, ainsi que des employés de bureau, et de 20 à l'origine, les membres de ce club ont atteint 200 personnes. Ils accroissent constamment le niveau de difficultés des courses auxquelles ils participent, perfectionnant ainsi le niveau de conduite de voiture. En 2010 ils sont arrivés 14e au classement général du rallye de véhicules 4/4 en terrains boueux du Yunnan Dongchuan. Ils organisent régulièrement des longues virées en voiture ; l'année dernière ils ont allés jusqu’auNépal, et ont même eu un entretien avec le premier ministre du pays Madhav Kumar Nepal. Ils ont à de nombreuses reprises participé à des compétitions de 4/4 dans toute la province. C’est une manière pour eux de s’approprier l'espace public et d’en avoir un usage privé.

En 1986, Li Shuangxi, âgé de 15 ans, a suivi la femme de son frère ainé du comté de Jianli dans le Hubei pour arriver à Yichang. Il a commencé à travailler dans une usine, en gagnant 2 yuans par jour. Puis son frère aîné a utilisé les coupons alimentaires économisés jour après jour pour payer les frais d’une formation permettant à Li Shuangxi d'apprendre à couper les cheveux. Son maître de 71 ans ayant pratiqué toute sa vie, au bout de 4 mois, Shuangxi avait appris le métier. Il a aussi passé 15 jours chez un maitre du Zhejiang pour apprendre à faire des permanentes. Son apprentissage terminé, il a demandé à son deuxième frère de lui prêter 600 yuans afin d’ouvrir son propre 'salon de Shuangxi'. En 2007, il a dépensé 600.000 yuans pour acheter un espace de 157 m² au 19e étage de la 'place culturelle' de son centre-ville,  et ouvrir 'le studio de coiffure de Shuangxi'.
Le studio ne comprend qu'une chaise pour les clients venant se faire coiffer, à côté d’un billard. "Dans le village de mon enfance avant d'arriver à Yichang, les rues étaient pleines de billards. Je veux pouvoir profiter d'un billard quel que soit le moment. Lorsque j'ai décoré mon studio, je n'ai pas voulu mettre des éléments liés à la coiffure. Une fois ce studio terminé, je souhaite que ma femme dirige un autre salon de coiffure, car j’ai l'intention de me consacrer pleinement aux choses qui me tiennent à coeur."

Song Bin, président de nombreuses sociétés, est passionné de photographie, même s’il pratique très peu. Il accumule partout chez lui des équipements photographiques - il possède près de 30 appareils photo haut de gamme de toutes catégories, mais ce n'est pas pour faire une collection. Durant son temps libre, il adore appuyer sur le déclencheur d'un appareil photo. Photo\ Li Yalong



Un bureau 'Sagesse' est le cadeau d'anniversaire que Cai Long s'est lui-même offert pour  ses 36 ans. Ce diplômé d'une école de commerce a quitté au bout d'un an un travail tranquille dans les assurances à Changyang pour commencer à vendre des téléviseurs couleurs. Il possède aujourd’hui sept sociétés. Ce bureau rassemble tous ses centres d'intérêt, il y a un home cinema, un studio de photographie, un coin musique etc... il montre ainsi clairement que gagner sa vie n'est pas son seul but dans la vie.

Prendre soin de sa santé et suivre la mode sont deux façons de passer leur temps libre. Profiter de la vie est déjà devenu une norme dans cette classe moyenne qui abandonne progressivement la devise 'le travail sans répit, les économies plutôt que les dépenses'. En novembre 2005, Huang Zhengchun et sa femme sont partis en vacances à Lijiang, dans le Yunann, où ils ont rencontré un couple qui voyageait en vélo du Yunnan au Tibet. De l'après-midi jusqu'au soir, Huang les a pris en photo pas moins d'un millier de fois de l'autre coté de la route, tombant profondément amoureux de la pratique du cyclisme. De retour chez lui à Yichang, il a immédiatement rejoint le club cycliste de sa ville 'les Trois Gorges outdoor' et est devenu alors avec un autre partenaire le plus ardent cycliste de la ville. En mai de l'année suivante, il est parti en vélo de Chengdu pour aller jusqu’au Tibet par la route Chuanzangchuan, et a atteint le camp de base du mont Chomolungma, le tout en 31 jours. En avril 2009, en partant de Kashi, et en passant par le Tibet, il est allé jusqu’au au Népal, ce qui cette fois lui prit 45 jours, et lui a fait gravir 5.700 mètres pour franchir la chaîne de montagnes Kailasa du plateau tibétain.

Plus de trente ans auparavant, un oncle journaliste responsable des informations de l'armée avait donné au petit Song Bin, alors âgé de huit ans, un appareil photo Seagull 120. A cette époque, un appareil photo était une chose très rare ; pour le petit écolier Song Bin, c'était même un trésor. Tout en étudiant la photographie, il prenait des photos des habitants de son village qu'il échangeait contre des oeufs. Après avoir décroché un premier travail, Song Bin s’est vu offrir par son père un appareil photo Pearl River 135. Pendant une dizaine d'années, sa carrière l'a tenu éloigné des appareils photos. Puis sa réussite de ces dernières années lui a permis de s'adonner à sa passion pour les appareils photos : du 135 mm à la chambre photographique, il en possède une trentaine.



中国的中产人群是伴随着工业化、现代化快速延伸的多元群体,其文化、品味、价值观念有很大的差异。但在商业时尚,特别是消费主义文化的推波助澜下,他们正以格式化的优雅诉说他们是怎样的人,想成为怎样的人。

宜昌这座长江中上游交汇处的千年古城,在三峡工程的推动下,成为多种社会发展阶段高度浓缩的代表性地区,同时伴生了大量的中产人群。他们可以粗略分为经济资本较优的新富阶层和文化资本较优的白领阶层。随着这个群体的不断膨胀,他们的消费文化呈现分化和多元。由于其中多数人的品味偏好缺乏继承背景,模仿成为消费文化的流行风格,而西方电影、电视等充当了大众化的启蒙老师。

汽车是他们首选的消费符号。一辆奢侈品牌的汽车是金钱、地位的身份证,一辆大排量的山地越野车是城市里勇士的象征。从小就喜欢汽车的陈昶,经过5年创业买了第一辆汽车。20043月,他和十来位朋友成立了八路军越野俱乐部,没注册也没有负责人,根据大家心中的形象,他被称为政委。第二年正式注册了鄂狼俱乐部陈任总经理。

越野车运动不仅能培养勇气和胆量,特别可以锻炼自控力。喜爱这项运动的有老板,也有上班族,该俱乐部的会员由当初的二十来人增加到二百人。他们不断提升参加车赛的难度,推动驾车水平的提高。2010年获得云南东川泥石流越野拉力赛总成绩第14名、汽车组4名。他们定期组织长线自驾游,去年到达尼泊尔,受到该国总理马达夫·库马尔·内帕尔的接见。他们还多次举办全省性的越野比赛。个性化会所是他们公共空间的私人化选择。

1986年,15岁的李双喜随大嫂从湖北监利县汪桥镇毕家村来到宜昌。开始在一家工厂打工,每天工资2元钱。后大哥用积攒的粮票充学费送他学剃头,71岁师傅毕生的本事,双喜用4个月就学到手。他又用半个月向一位浙江师傅学会了烫头。学徒期满的他找二哥借了600元钱开起了自己的双喜发屋

2007年,他花60万元在市中心文化广场”19楼,购了一套157平米的房子,开办了双喜发型工作室。工作室只有一把剪椅,却放了一张台球桌。当年从乡下来到宜昌,满街都是桌球,我就想什么时候自己能拥有一张台球桌。工作室装修时我要求不要搞成理发的样子,工作室建好后我将其他美发店都交给爱人管理,一心一意追求自己心仪的东西 .
 会所是蔡龙给自己36岁生日的一个纪念。他中专毕业后,在长阳县劳动保险局工作一年下海,从卖彩电开始,至今拥有了7家公司。这个会所是他自己情趣的显露,有放映厅、摄影棚、录音棚等,他想借此表达赚钱不是自己唯一的追求。

关注健康和追求时尚是他们休闲的理由。享受生活已经成为他们中多数人的准则,只会工作不会休闲,只会节俭不会花费已被逐步放弃。200511月,黄正春和爱人在丽江旅游,碰到一对从云南骑自行车到西藏的夫妻。从下午到晚上,黄被他们沿途拍摄的一千多张照片迷恋,深深地爱上了自行车运动。回到宜昌,他立即加入了市里的单车组织三峡户外,并与人合伙开了当时全市最大的自行车行。

第二年5月,他从成都骑自行车,沿川藏线进入西藏,最后到达珠穆朗玛峰大本营,前后花了31天。20094月,他从新疆喀什穿越西藏到达尼泊尔,这次花了45天,翻越了海拔5700米的冈仁波齐神山。

三十多年前,在部队担任新闻记者的叔叔,送给8岁的宋彬一台海鸥120相机。那时相机是一件很稀罕的东西,对生活在乡下的小学生宋彬更是一件宝贝。他边学摄影边给乡亲拍照,用照片换回不少鸡蛋。参加工作时,父亲送给他一台珠江135相机。往后十几年创业中的宋疏远了相机。近年事业成功的他疯狂地购买相机,从135到大画幅相机,各种机器近30套。


蔡龙,拥有7家公司。喜爱通俗歌曲,在他生活的空间里,家庭,办公室,汽车,音乐无处不在。最近又在新建的商务会所里装了音乐棚。 图\李亚隆。

宋彬,多家公司老总。酷爱摄影,但很少照相。家里到处堆放的是摄影器材,拥有近30套各类高档相机,但并不是为了收藏。他闲暇里时常空按相机的快门过瘾。 图\李亚隆。