samedi 8 août 2009

Les fouilles de Xi'an en question

TRADUCTION  Source : Chronique de 吴祚来 Wu Zuolai, publiée dans le 青年时报 Qīng Nián Shí Bào  20 juin 2009

Faire ou ne pas faire de fouilles : de toute façon il y aura des regrets
Pour la troisième fois, des fouilles d’envergure sont effectuées sur le site des soldats de terre cuite de Xi’an, dans la province du Shanxi. Mais contrairement aux fouilles précédentes, elles se déroulent cette fois-ci en même temps que l’exposition, et le chantier durera 5 ans, au milieu du défilé des touristes.

Les médias approuvent la totalité du projet et sont très friands des commentaires des experts sur les objets mis à jour. Mais sur les forums Internet, le ton est différent : ces fouilles archéologiques semblent au contraire inquiéter beaucoup de gens. Un certain nombre d’internautes pensent que les techniques de fouille et de protection des objets ne sont pas encore vraiment au point aujourd’hui, et qu’il faudrait envisager de retarder ces fouilles. Doit-on fouiller en totalité les soldats de terre cuite, et priver les générations futures de cet héritage culturel, ou bien au contraire attendre en misant sur le fait que les méthodes vont s’affiner et se sophistiquer, et permettront aux prochaines générations à la fois de fouiller et de préserver ? 

C’est un fait, les antiquités extraites des fouilles archéologiques ne peuvent rester intactes et exemptes de détériorations, les chantiers de fouilles sont toujours pleins d’événements variés et inattendus qui ne sont pas sans conséquences. Comme lors de la deuxième fouille, quand de nombreux soldats de terre cuite colorée ont été mis à jour : dès qu’ils ont été à l’air libre, la pollution a fait fondre les dessins colorés.

Face à l’histoire et à la nature, les humains ont toujours été des enfants incapables de grandir, ils ont toujours inventé des jeux parfois sages, parfois imprudents, qui les remplissent de regrets. Les fouilles actuelles des soldats de terre cuite, en étant largement rendues publiques et commentées, placent les objets découverts sous les projecteurs des médias, qui les dévoilent au monde entier.

Bien que le chantier ait été approuvé par le bureau d’Etat chargé de l’héritage culturel, on se pose les questions suivantes : le chantier doit-il s’étendre sur de longues années, et le cas échéant, notre patience pourra-t-elle perdurer ? Et si la technologie montre des faiblesses ou si les interventions humaines entraînent des détériorations, est-ce qu’on pourra alors stopper instantanément les fouilles ? Les nombreux chantiers archéologiques en cours dans les pays européens à longue histoire témoignent de la patience incroyable des archéologues sur place. Sans hâte les fouilles révèlent petit-à-petit des résultats, parfois ce n’est même qu’une ébauche - une tête émerge juste de la terre - et après les fouilles s’arrêtent, et si vous voulez savoir la suite de l’histoire, elle sera racontée par les générations futures.

L’archéologie est une découverte sur la vérité historique, c’est aussi un jeu, un art qui joue avec l’histoire, et si tout est mis à découvert, alors le charme risque de disparaître. Il est certainement possible de laisser des objets enfouis, cela permet d’élargir l’espace d’imagination des hommes.
A l’époque certains voulaient même ouvrir le tombeau du premier empereur de la dynastie Qin, ce qui avait provoqué de vives inquiétudes, on s’en souvient maintenant. Heureusement le bureau d’Etat chargé de l’héritage culturel n’avait pas donné son accord. Notre souci à l’heure actuelle, c’est que certains lieux chargés d’histoire se servent de fouilles archéologiques – et de leur médiatisation - pour améliorer leur indice touristique, alors qu’ ils n’ont ni la patience ni le respect dus envers les antiquités. De nombreux objets et oeuvres d’art sont enfouis sous terre depuis des centaines voire des milliers d’années, un peu comme de vieilles personnes aimant la solitude, nous devrions parfois moins les déranger, moins faire de bruit, ils peuvent ainsi rester au calme, nous pouvons tous rester tranquilles, n’est-ce pas la perfection de la sollicitude humaine et culturelle ?

Les fouilles archéologiques ont été de tous temps un art entraînant des regrets. On a besoin de se cultiver et d’en savoir plus, c’est notre état d’esprit. Mais si on a déjà commencé à utiliser un ‘scalpel’ pour creuser, et si on sait manier le couteau, on ferait mieux de savoir aussi comment l’arrêter.
Wu Zuolai

挖还是不挖都会有遗憾

陕西西安兵马俑开始进行第三次大规模的考古发掘。与以往不同的是,这次是边展览边挖掘,整个过程将持续五年,而且将置于游客的参观过程之中。

媒体在欣赏整个发掘过程,聆听专家对发掘现场的评述,而在网络论坛里,我们则看到公众对这种历史考古发掘怀有更多的担心与忧思。一些网友认为,在发掘技术与保护技艺还不真正发达的今天,我们是不是应该暂缓这种发掘?我们一定要将兵马俑全景式地发掘出来吗,要不要为后人留下一些文化遗藏,让他们用更为先进的方式与方法,去发掘与保护?

是的,发掘出来的文物,不可能件件完好无损,发掘过程更是会充满各种不测与不足。就像第二次兵马俑发掘时,出土了大量兵马俑彩绘,但一见空气,彩绘就被空气化解了。

在历史与自然面前,人类永远是长不大的孩子,永远都在玩着充满遗憾的游艺,有时玩得高明,有时玩得愚蠢。现在的陕西兵马俑挖掘,在以聪明的方式示之于人,将考古做成一个公开展示的过程,将发现置于媒体镜头之前,使全世界都可以关注
我们想知道的是,尽管这样的考古发现经过国家文物局的审批,是一个持续的考古工程,那么,我们有没有更大的耐心,如果出现技术性难题或出现人为的毁损,能不能立即停下来?我们到欧洲一些文明古国旅游考察,会发现很多的考古发现也在现场进行过程之中,他们的耐心令人叹为观止,不急于向人们展示最后结果,有时甚至让考古发现只开一个头,让古文物景观崭露头角,然后就不再将故事进行下去,故事如何下回分解,等待未来的人们分说。

考古是一种对历史真相的发现,也是一门与历史做的游戏、艺术,如果都发掘出来了,可能它的魅力也就同时失去了,而让文物某种程度上原生态地寄存于地下,它给人们的想象空间可能更大。

当年有人想打开秦始皇陵,现在想起来,我们都捏把汗,幸好国家文物主管部门没有同意批复。我们现在担心的是,一些地方会群起而效之,通过发掘文物,来提升地方人文景气指数,对文物本身,却没有一份应有的耐心与敬意。许多文物在地下寂寞了几百年、几千年,它们可能是甘于寂寞的一些老人,有时间,我们对它们少一些干扰,少一些哄闹,可能是两相清静,这难道不也是一种人文关怀的至境?

考古发掘永远是一门令人遗憾的艺术,我们需要修炼与提升的,是我们的审美心境,我们已开始用“手术刀”在挖掘文物,我们知道刀的起处,更要知道刀的止处。
吴祚来 文化学者