samedi 18 avril 2009

Les cantines de quartier à la sauce capitaliste


TRADU CTION  Source : 青年时报 Qīng Nián Shí Bào le 17 avril 2009




Des personnes âgées prennent leur repas dans la cantine du troisième âge du quartier de Chao Ming

Pour continuer à exister, les cantines de quartier pour le troisième âge se convertissent à l’économie de marché

Question délicate : faut-il ou non prendre une licence d’exploitation et ouvrir un commerce ? comment définir le profit et l’intérêt public ?
Dans le journal, on annonce un plat de viande et de poisson à 3 yuans, un plat de légumes à 1 yuan. La cantine de quartier est propre, peu chère, le service est impeccable. Hier un peu après 11 h, He Duo Ya et son vieux compagnon sont venus dans cette cantine du troisième âge de ce quartier de Gen Yuan. N’ayant pas envie de faire la cuisine, ils viennent prendre leurs repas dans une cantine de quartier.
Destinées aux personnes âgées, des cantines de service public ont fleuri partout dans les quartiers de Hangzhou depuis près de deux ans. Mais par leur fonctionnement il est apparu que les restaurants perdaient de leur caractère d’intérêt social. Pour exister, beaucoup de ces restaurants adoptent en effet un point de vue d’économie de marché.
Mais ceci provoque une polémique : comment définir l’intérêt social et les profits d’une cantine de troisième âge ? Faut-il ou non demander une licence d’exploitation ? Hier nos journalistes ont enquêté dans ces cantines de quartier qui sont en train de tenter la transition.


Après les personnes âgées, les autres habitants du quartier
« Nous avons commandé quatre plats : des œufs durs, du poisson, des radis, du blanc de poulet, et deux bols de riz nature, le tout pour huit yuans », indique He Duo Ya.
A l’entrée de la cantine du quartier Gen Yuan, le menu et les prix sont affichés sur un tableau, le jour même à midi 14 plats étaient proposés, le plus cher à 3 yuans, et le moins cher à 1 yuan, le riz nature à 0,5 yuan. Les repas sont destinés principalement aux personnes âgées de plus de 60 ans, et ceux de moins de 60 ans ajoutent 0,5 yuans à l’addition.
11h20, la dizaine de tables de la cantine sont déjà toutes occupées. « Chaque jour au déjeuner nous avons une cinquantaine de personnes, la recette totale n’atteint pas 300 yuans », précise le directeur mandaté par les résidents du quartier Shi Chun Juan.
Les personnes âgées du quartier de Tian Shui ont ouvert une cantine de quartier dans la rue Jie Tan Hang, servant principalement les personnes âgées des rues Jie Tan Hang et Deng Xin.
Une impression différente se dégage de la cantine de la rue He Min Yuan : à environ midi, les clients sont essentiellement des jeunes.
« Les personnes âgées sont servies en premier. Elles prennent leurs repas plutôt tôt, et quand elles ont fini, s’il reste encore des plats, on ne refuse pas les résidents des autres quartiers ». Le responsable de la cantine Zhou Hui Min explique qu’une personne âgée dépense environ 4 yuans par repas au restaurant, et qu’une vieille personne en difficulté peut bénéficier d’une réduction de 5 %.
Dans la cantine du quartier Chang Qing, outre les personnes âgées, les foyers en difficulté, les résidents du quartier, les commerçants peuvent aussi être servis.

L’allocation des serveurs permet de maintenir une santé financière
Le restaurant emploie en tout 5 personnes, dont 4 ont un poste assimilé au fonctionnariat. Le quartier reçoit des subventions, le restaurant doit juste payer pour chaque personne 300 yuans. Shi Chun Juan affirme que si les salaires du personnel du quartier ne sont pas subventionnés, la cantine sera sûrement déficitaire ; même avec des subventions, l’équilibre est à peine atteint.
Comme l’explique l’employé du centre du quartier Chang Qing, lorsqu’une cantine du troisième âge demande à recevoir des subventions, elle doit satisfaire de nombreuses exigences. Elle doit par exemple faire bénéficier les personnes âgées de réductions, toute personne âgée de plus de 60 ans s’étant inscrite a droit à une carte, et ne paie pas plus de 3 yuans par repas.
Mais ces conditions ne sont pas suffisantes pour rentrer dans ses frais. Ce n’est qu’en s’ouvrant aux autres résidents que le déficit peut être comblé.

La plupart des discussions portent sur la manière de continuer à faire vivre ces restaurants
C’est dans le premier quartier de Cui Yuan qu’a été ouvert en 2004 la première cantine de quartier pour personnes âgées de Hangzhou. Mais la cantine a connu des débuts difficiles : au bout d’un an, les pertes approchaient les 20.000 Yuans.
« Un restaurant doit au moins employer 3 personnes, même s’il ne veut cibler que les personnes âgées, et si le loyer, l’eau et l’électricité ne sont pas comptés dans les charges, un chiffre d’affaires quotidien de 100-300 yuans ne suffisent même pas à payer les salaires », explique le directeur du quartier Huang Ying Shu.
Ils essaient de prendre le chemin de l’économie de marché, d’adopter et d’encourager l’entreprenariat, en même temps que la gestion du quartier et la prise en charge des associations de personnes âgées. « Plus les clients sont nombreux, plus les légumes peuvent être achetés en gros sur les marchés, même les plus frais. Et cela peut stimuler l’esprit d’initiative des gérants, ils peuvent améliorer la variété et la qualité des repas, et cela peut profiter aux personnes âgées et aux handicapés », poursuit Huang Ying Shu.

Question délicate
Le journaliste s’est aperçu en faisant le reportage que quelques cantines de personnes âgées n’avaient pas de licence d’exploitation, ni de certificat d’hygiène ou d’épuration des eaux usées. D’après le département du commerce et de l’industrie, si le restaurant est de service public, il est permis de ne pas avoir de licence d’exploitation. Mais si le restaurant suit l’économie de marché, alors son but est de faire des profits. Dans ces circonstances, faut-il demander une licence d’exploitation ?

Le département du commerce : si des profits sont réalisées, alors une licence est exigée
Le directeur de l’administration civile du premier quartier de Cui Yan l’explique, le quartier exige que les cantines ayant effectué la transition vers l’économie de marché doivent afficher une licence.
Comme le démontre un employé du quartier commerçant de Gong Shu, si le restaurant ne s’adresse qu’à une association de personnes âgées d’un même quartier, alors ils peuvent travailler sans licence d’exploitation. Mais s’ils s’occupent de la gestion et font des profits, alors ils doivent absolument travailler avec une licence, sinon ils sont dans l’illégalité. Mais, comment définir le profit et l’intérêt public ?

Administration civile : les actions de service public doivent toutes être encouragées
Les résidents appellent souvent les services administratifs du quartier pour demander que certains restaurants servant uniquement les personnes âgées puissent être ouverts à d’autres personnes. Comme le responsable du bureau de la municipalité de Hangzhou l’explique, s’il s’agit uniquement d’intérêt public, alors il se peut que la cantine rencontre des difficultés financières. Dans le cas d’ouverture à d’autres résidents, alors le caractère d’intérêt public est toujours présent, et dans ces circonstances c’est un vrai problème de savoir s’il faut ou non une licence.
Mais il souligne qu’à condition de profiter complètement des ressources du quartier, en servant des personnes âgées, d’une manière favorable au quartier, alors ce type de restaurant est encouragé.

Mesures liées
En 2008, pour encourager les activités de service dans les quartiers, la municipalité de Hangzhou a mis en place des « conditions d’attribution des fonds destinés à gérer le développement des activités de services dans les quartiers ». Concernant les projets donnant la priorité au maintien de micro-profits, et offrant aux résidents du quartier, particulièrement si ce sont des personnes âgées, des services concentrés autour des cantines et des services de livraison, ils peuvent obtenir des subventions temporaires suivant la surface de l’endroit.
De plus, suivant le nombre de personnes âgées servies par le restaurant, les subventions accordées chaque année pourront aller de 3.000 à 20.000 yuans. Même si les autres résidents sont admis, la cantine peut aussi obtenir les subventions correspondantes.
Source : Qing Nian shi bao Auteur : journaliste de Qing nian shi bao Lu Shu Yan ; Stagiaire : Feng Ling Fang Texte/Photos le 17 avril 2009
为生存 社区老年食堂想市场化

尴尬:要不要办营业执照?营利与公益性如何界定?
来源:青年时报 作者:时报记者 吕术艳 实习记者 冯凌芳 文/摄 2009-4-17 10:57:00

时报讯 “荤菜3元,素菜只要1元。社区食堂干净、便宜,服务也不错。”昨天刚过11点,何多雅和老伴就来到艮园社区的老年食堂。不想做饭的时候,他们就来食堂吃。
为老年人服务的公益性食堂,近两年在杭州社区遍地开花。但运作中却发现,纯福利性质的食堂亏本。为生存,不少食堂把目光投向市场化。
这样却引发了一些争议:如何界定老年食堂的营利与公益?要不要办营业执照?
昨天,记者到其中一些尝试市场化的老年食堂进行调查。


调查
服务老人之余也向其他居民开放
“我们要了四个菜:水蒸蛋、鱼、萝卜、素鸡,再加2份米饭,一共8元钱。”何多雅说。
艮园社区老年食堂进口处,挂着菜单和价格,当天中午一共有14个菜,最高的3元,最低的1元,米饭0.5元。
这里主要向60岁以上老人提供午餐,低于60岁的人吃要加0.5元。
11:20,食堂里十来张桌子已经坐得满满的。“每天中午来吃饭的有五六十人,总营业额不到300元。”社区居委会主任施春娟说。
天水街道老年食堂开在戒坛寺巷社区里,主要服务戒坛寺巷和灯芯巷两个社区的老人。
和艮园社区中午老年食堂不同,中午12点左右,食堂里吃饭的基本是年轻人。
“先服务老年人。老人吃饭比较早,他们吃好了,还有菜的话,也不拒绝其他社区居民。”食堂负责人周慧敏说,一个老人一餐饭花4块钱左右,困难老人来吃还可享9.5折。
长庆街道老年食堂,除老人、困难家庭、社区居民,辖区的商铺也是服务对象。
人员工资靠补贴才能保本
“食堂共5个人,其中4个是公益性岗位。街道有补贴,食堂只要每月付每人300元。”施春娟说,如果人员工资街道不补贴的话,食堂肯定亏本;补贴的情况下,也只是勉强保本。
长庆街道社区服务中心工作人员王婷介绍,老年食堂招投标时,对承包人有很多附加条件。如对老年人优惠,凡是社区60岁以上的老人凭证在社区统一登记,凭就餐卡只要3元。
但这连成本都不够。而对其他居民开放,就可以把这部分弥补过来。
怎样让食堂活下去是社区谈得最多的
老年食堂是公益性质的社区食堂。采访中,怎样让食堂活下去,是社区工作人员谈得最多的。
翠苑一区2004年开办的社区食堂,是杭州市第一家老年食堂。但创办之初,食堂就陷入困境:一年下来,亏损近2万元。
“一个食堂最少要有3名员工,如果仅对老年市场开放,哪怕房租、水电、装修都不算入成本,每天100-300元的营业额,连工资都很难赚出来。”社区居委会主任黄应书说。
他们尝试走市场化道路,采取鼓励承包、社区兼管、老年协会监督相结合的道路。“吃的人多了,菜可以到批发市场拿,更新鲜。也会刺激经营者的积极性,在花样、质量上用心思,还可以给老年人、残疾人更多的优惠。


尴尬
要不要办营业执照?
但是,新的尴尬又出现了。
记者在采访中了解到,一些老年食堂没有工商营业执照、卫生许可证和排污许可证。根据有关工商部门的说法,如果以公益性为目的,允许不办营业执照。而走市场化的路子,就带有营利目的。这种情况下,要不要办营业执照?
工商:涉嫌营利就必须办照
翠苑街道民政科科长吴雁说,街道要求整合后对外经营的老年食堂配送中心,这些证照都要办。
拱墅区工商局一位工作人员表示,老年食堂如果只对内,属街道社区出资的公益性食堂,可以不办营业执照。但如果从事经营,涉嫌营利,就必须办营业执照,否则就是无证经营。
但是,营利与公益性如何界定?
民政:方便社区居民的做法都应鼓励
“经常有市民打电话来,建议一些只为老年人服务的食堂,也能服务其他居民。”杭州市民政局基层政权和社区建设处处长张宏国说,纯公益性质的,可能保本都难;对其他居民开放,但公益服务的部分还在,这种情况下,要不要办营业执照确实是一个问题。
但他表示,只要是充分利用社会资源,为老年人服务,方便社区居民的,都应该鼓励。


【相关政策】
2008年,为鼓励社区发展服务业,杭州市出台了《社区服务业发展专项资金使用管理办法》。对以微利保本为主,为社区居民特别是老年人提供集中用餐(堂吃)、配送服务的项目,按照服务场所面积给予一次性项目补助。
另外,根据老年服务对象人次等,每年给予3000-2万元不等的资金补助。即使有对外经营的成分,也能得到相应的补助。